Musique aphex-twin-electronic-beats

Published on avril 18th, 2017 | by Romane

0

Aphex Twin, un retour sur Classics

– THROWBACK TUESDAY – Il est des artistes qu’on présente, qu’on vante et dont on a besoin de citer le parcours et puis il y a Aphex Twin, l’inclassable. L’homme aux multiples facettes et identités, celui dont il suffit de prononcer le nom pour passer pour un connaisseur. L’irlandais le plus talentueux et probablement le plus dérangé de sa génération. Retour sur une carrière et sur un album qui porte son nom à merveille: Classics.

Crédité à The Aphex Twin, l’album Classics rassemble en fait deux albums: Digeridoo et Xylem Tube, tous deux sortis en 1992. En plus de rassembler les deux albums en un maxi, The Aphex Twin y a rajouté des lives inédits ainsi que ses remixes hardcore de Mescalinum United.

Le maxi sort sur le label R&S Records bien qu’un an plus tôt en 1991, il co-créa le prestigieux label Rephlex Records avec son ami Grant Wilson-Claridge. C’est d’ailleurs précisément à cette période que la carrière d’Aphex Twin se lance en Europe. Mais ayant déjà la volonté de brouiller les pistes, c’est AFX qui signa ses deux premiers maxis Analogue Bubblebath et Analogue Bubblebath 2. L’année suivante, en plus de Classics, il se fait également signé sur la compilation Artificial Intelligence de Warp Records… Cette fois sous son vrai nom: Richard James.

aphex tank Artiste aux multiples facettes, il se retrouve propulsé Numéro Un des ventes internationales lorsqu’en 1995 il sort le légendaire …I Care Because You Do. Souvent admiré car incompris, Richard se forge une réputation mystique car il ne reprend pas les codes de communication classiques. Ou bien est-ce car il possède un tank…?

Il connaitra ses plus belles années médiatiques en enchainant la sortie de Come To Daddy, – dont le clip tournera d’ailleurs en boucle sur les chaines comme MTV ou MCM (la bonne époque n’est-ce pas?) – et Windowlicker en 1997 et 1999.

Toujours est-il qu’après le passage au nouveau millénaire, il se tient à l’écart des médias. Il faut dire que son album Drukgs, sorti en 2001 reçu un accueil très mitigé. Pourtant pour la plupart de ses fans, cet album figure également dans la liste des classiques notamment grâce à de douces mélodies au piano imparables de mélancolie: Avril 14th, Petiatil cx htdui, Nanou2 entre autres. C’est d’ailleurs cette capacité d’adaptation à tous genre qui font de lui un des artistes les plus respectés du cercle électronique.

Tantôt rangé dans les cases ambient et electronica, tantôt dans les cases breakcore voire jungle… Il semblerait pourtant que la case qui lui convienne le mieux soit celle de l’IDM (Intelligent Dance Music). Parfois également appelée braindance ou encore intelligent techno, Aphex Twin semble exceller techniquement jusqu’à faire de l’ambiguïté rythmique sa marque de fabrique. Les plus fans quant à eux semblent se complaire dans la complexité de ses sons et semblent apprécier le fait de parfois ne pas savoir comment se déhancher…

D’ailleurs, qui d’autre que lui pourrait se vanter d’avoir été récompensé d’un Grammy en 2015 pour son album Syro sans même s’y être déplacé? Et bien personne, forcément.


La discographie complète de Richard D. James: https://www.discogs.com/artist/45-Aphex-Twin

Richard D. James sur Facebook: https://www.facebook.com/aphextwinafx/

Tags: , , , , , , ,


About the Author

https://www.instagram.com/alieenated/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑