Interview 10526058_1898553973616920_1366295250025287803_n

Published on août 12th, 2014 | by Victorien

0

Stephen Brown: Physical Techno

Si vous êtes un habitué du blog, vous avez déjà certainement vu son nom dans plusieurs de nos playlists, monsieur Stephen Brown. Apprenant qu’il allait jouer pour la première fois au Rex Club, nous avons saisi notre chance « d’immortaliser » ce moment en le rencontrant. Et c’est dans les sous-sols du temple électro français qu’il a répondu à nos questions.

[VERSION FRANÇAISE]

Ta musique a énormément en commun avec le son de Détroit. Quand tu as commencé à produire, étais-tu déjà influencé par cette mouvance ?

Oui, j’écoutais déjà beaucoup les premiers Transmat Records, cela reflète beaucoup la musique que je fais aujourd’hui.

Quand as-tu commencé à produire ?

Je faisais déjà de la musique quand j’ai découvert le son de Détroit. J’ai toujours eu un clavier donc j’étais persuadé que j’étais comme les Pet Shop Boys ou Depeche Mode (mais tout seul), mais c’était avant que je découvre la « dance music ».

 

J’ai cru comprendre que tu es toujours professeur de physique, tu n’as jamais voulu vivre uniquement de ta passion ?

J’ai essayé, étant donnée que je suis professeur j’ai eu l’opportunité d’expérimenter le fait d’être sur les routes tout le temps, vu que j’ai six semaines de vacances. Cela ne m’a pas plu, j’étais moins productif lorsque je n’avais que ça à faire, je n’étais même pas vraiment heureux. Du coup, j’ai décidé que cela serait plus gratifiant pour moi de travailler ma musique comme un hobby.

Est-ce que certains de tes étudiants écoutent ta musique ?

Oui, il y a quelques années, c’était cool mais maintenant avec nternet qui prend une telle ampleur, Je suis passé d’étudiants qui ne savait absolument pas ce que je faisais à part que je jouais parfois dans certains clubs à des étudiants sur leurs ordinateurs portables en cours : « Hey, vous êtes sur Youtube ! ». Même si on n’est pas comme moi, les gens finissent par vous retrouver sur internet, c’est une malédiction.

Tu n’as jamais voulu faire de la musique ton activité principale, pourtant tu as ressenti le besoin de la partager, comment ta première sortie est-elle arrivée ?

J’ai rencontré un mec qui s’appelle Claude Young de Détroit. Il est venu à Edimbourg et m’a suggéré d’envoyer des démos à Miss Djax de Djax-Up-Beats, un label hollandais. Du coup je l’ai fais, je l’ai rencontré, et ça a débouché sur ma première sortie en 1995, j’avais seize ans.

 

Et aujourd’hui tu as collaboré avec quelques-uns des artistes les plus talentueux de la planète, Don Williams, Ben Sims, Jonas Kopp. Avec qui aimerais-tu travailler dans le futur et pourquoi ?

Kenny Larkin ou John Beltran, je les trouve très inspirants. Ils mettent tous les deux énormément d’âme dans leur musique, ce n’est pas seulement du rythme et des sons, ils font de la belle musique et c’est un talent rare.

Qu’est-ce que tu utilises pour produire, des machines, ordinateurs, les deux ?

Majoritairement des ordinateurs, pour être honnête, quasiment que des ordinateurs.

Tu n’aimes pas les machines ?

Oh j’adore les machines, mais elles coûtent trop chers et sont trop lourdes. Je peux avoir le son que je recherche avec des ordinateurs et un clavier. J’ai un clavier, mais les machines vintages, les machines analogiques et même ces nouvelles qui ont l’air vieilles et vintages sont trop chers, ça ne rentre pas dans mon budget.

Quelle machine choisirais-tu si elle était gratuite ?

J’ai toujours voulu une Jupiter 8.

 

Est-ce que le Djing t’as déjà intéressé ?

Durant un bref moment… Je pense que beaucoup d’artistes ont été bookés en tant que DJ et qu’on attend d’eux qu’ils fassent de la musique pour les labels. Ce n’est pas une bonne manière de faire, et cela arrive dans les deux sens. Pour moi, ça s’est mal passé quand j’ai essayé d’être DJ, je n’étais pas très bon. Je peux mixer, je peux passer un disque mais ce que je veux dire, c’est que des mecs comme Derrick May ou Laurent Garnier, eux ils peuvent vraiment mixer et les gens aiment. Moi, je peux jouer des disques mais eux, ce sont des DJs.

Mixer, ce n’est pas pour tout le monde ?

Ce n’est pas pour moi, peut être pour tout le monde, mais pas pour moi. J’ai décidé d’arrêter définitivement il y a cinq ou six ans. Je fais des petits trucs, mais toujours uniquement pour m’amuser. Je ne veux pas être booké en tant que Stephen Brown de Transmat ou autre, jouer dans un club de 3 500 personnes et ne pas être bon, donc je fais ça en petit comité.

SB

Tu viens juste de sortir une track sur un label français, Technorama et ce soir c’est ta première fois au Rex Club qui est l’un des meilleurs clubs et l’un des plus historiques de France. Qu’elle est ton histoire avec ce pays ?

J’ai déjà joué pour Technorama au Batofar, et une de mes tracks est sortie sur un label parisien il y a des années de cela. Mais je joue beaucoup ici, enfin, quatre fois l’année dernière. Je ne sais pas, je crois que les Français aiment ma musique. Et c’est réciproque, je vais en vacances en France, dans le Sud, j’y retourne demain. J’adore la France, on vient d’avoir un repas incroyable, je sais que tout le monde dit que la nourriture en France est la meilleure dans le monde. Mais sérieusement, je viens juste d’avoir un diner incroyable, l’un de mes préférés. Donc qu’est-ce qu’il y a avec la France ? De la bonne musique, de bons plats, que demander de plus ?

À défaut d’être bon en DJ set, il se démerde pas trop mal en breakdance.

___________________________________________________________________
[ENGLISH VERSION]

If your one of the common user of the blog you surely have already seen his name in many of our playlist, Mr Stephen Brown. Knowing that he was playing for the first time ever at the Rex Club we decided to take the opportunity to capture this moment by meeting him. And it was in the basement of this french electronical music institution that he answered to our questions.

Your music has a lot in common with the detroit sounds, when you started producing where your already influenced by the sounds of detroit ?

Yes, Yes I was already very much into the sound of those early Transmat records, and yeah it does reflect the music that I make now.

When did you start producing ?

Well I was making music before I discovered detroit techno I always had a Keyboard so I was  always thinking I was in the Pet Shop Boys or Depeche Mode or something like that you know, on my own, before I discovered dance music.

I understand you never stop being a physics teatcher, you never wanted do make this your life ?

No I tried, because am a lecturer I get good holidays, and I had the opportunity to experience what it would be like to be on the road all the time. You know because I get six weeks holidays, and I didn’t enjoy it. I was less productive when I had all the time to make music and play, I wasnt very happy. So I decided that I would be happier working and music being just a hobby.

Do you have students that listen to your music ?

Yes, and a few years ago it was fine but you know yourself the internet is growing so big, so quick that no one can keep up. So I went from students not knowing what I did at all, a part from being told that I played in some clubs to now students that have computers in the classroom and they go « Hey you’re on Youtube ! ». Even if your not like me people will find you on the internet. Its a curse.

Your never wanted to do music as a main activity but you felt the need to share it, how did your first release happened ?

I met a guy called Claude Young from Detroit he came to Edimburgh and he suggested that I send some démos to Miss Djax from Djax-Up-Beats, thats a dutch label, and then I did and I met up with her and that led to my first release in 1995 I think, I was sixteen.

And today, you’ve collaborate with some of the finest artists on the planet, Don Williams, Ben Sims, Jonas Kopp. Who would you like to work with in the future and why  ?

Kenny Larkin or John Beltran as they are both really inspirational. They both have a lot of soul in their music not just beats and noise they make beautiful music. A rare talent

What do use to produce,machines,computer or both ?

Mostly computers now, I’ll be honest mostly computers.

You don’t like using machines ?

Oh I like using machines but they’re very expensive and heavy as well. I can get the sounds I want from computers and a Keyboard. I do have a Keyboard but the vintage machine, the analog machine and even the new stuff that looks old and vintage is too expensive.

Which machine would you choose if i twas free ?

I always wanted a Jupiter 8.

Have you ever been interested in djing ?

For a brief time, because this things happens both ways, I think a lot of artists have been booked has djs and a lot of djs are expected to make music for labels. And it went wrong on both accounts I think, and for me it went wrong when I tried to dj, I wasn’t very good. I can dj, I can mix records but I mean people like Derrick May can dj and Laurent Garnier and people like that. I can play records but they’re djs.

Djing is not for everybody ?

Well its not for me, it migth be for everyone but not for me,not anymore. I decided deffinetlty no more about 5-6 years ago, I do Small things, but everytime just for fun. I don’t want to be booked as Stephen Brown recording for Transmat or whatever, to play in a club full of 3500 people and not be very good, so I’ll play it Small.

SB

You just released a track on a french label, Technorama and tonight is your first time at the Rex club which is one of the historical and best french club, so what’s your story with France ?

I played for Technorama when they where in Batofar, I was booked there as an artist, and I did do a release for a Parisian label a long time ago bu I’ve played here a lot, I mean last year four times. I don’t know, I think french people must like my music and it’s mutual. I go on holydays in France, to the south, I go back there tomorrow and yeah I really like it, I do like France. We just had an amazing meal, I know everyones says french foods are the best in the world but I did just have an amazing meal it was one of my favourites. So what’s with France ? Good music and good food what more would you want.

He might be a bad Dj, but he’s one hell of a great breakdancer.

Tags: , , , , ,


About the Author

CommunityManager, noctambule quasi pathologique, blogueur presque amusant, et mec super sympa le reste du temps. Work @RexClub Founder & CEO @Delighted



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑