Interview Post Scriptum Press Pic 1

Published on avril 24th, 2017 | by Romane

0

Post Scriptum : « On ne peut pas faire plus pur que ça »

INTERVIEW – Il fait partie de ceux dont on ne sait rien mais dont on écoute tout. En deux ans seulement, Post Scriptum et sa capuche noire ont su s’inviter dans la cour des grands. Ses performances se font rares mais applaudies. Ses interviews, quasi inexistantes renforcent son intrigue.

Il a accepté de répondre à nos questions quelques jours à peine après la sortie de son premier EP Year Zero sur son jeune label Post Scriptum Records. Un artiste bavard et une interview sincère où il nous révèle pas mal sur ses influences et sa personnalité. 

Propos recueillis par Romane.

(INTERVIEW EN VERSIONS FRANÇAISE ET ANGLAISE)


Salut Post Scriptum ! Que peux-tu révéler sur toi-même sans compromettre ton anonymat ?

En y prêtant un peu attention, tu peux apprendre beaucoup sur moi à travers ma musique. Le son en lui même révèle tout ce qu’il y a à savoir sur moi. Si tu as quelques instants, écoute et pars en voyage…

En seulement deux ans, tu as accompli beaucoup. De quel accomplissement es-tu le plus fier ?

Bien que ces deux dernières années me semblent être une éternité, je n’ai encore rien achevé que je considérerai comme un accomplissement. C’était à vrai dire une coïncidence que Post Scriptum émerge, en j’en suis réellement content car je ne pense pas qu’il aurait pu arriver à une période plus appropriée que ce soit personnellement ou professionnellement.

Si tu pouvais revivre une journée dans ta vie, laquelle serait-ce et pourquoi ?

Toutes les bonnes ou mauvaises journées, je les laisse dans le passé. Vraiment pas envie d’en revivre une seule, car je crois que le meilleur reste à venir.

Mon chez moi, ma famille – ce sont ma planète.

Ton premier EP est sorti le 17 Avril, je présume qu’il s’agit d’un manifesto, n’est ce pas ? Il y a t’il un message que tu essayes de véhiculer sur ton propre label que tu ne voudrais pas passer sur d’autres labels ?

Les labels ont leur propre idée de la direction qu’ils veulent prendre que ce soit sur l’aspect conceptuel, graphique ou sur le son, ce qui parfois limite l’expression artistique.
Avoir son propre label c’est comme être à la maison. Bien plus de responsabilité mais totalement libre. C’est comme ça que je peux interagir directement, sans que rien ne se mette en travers, se perdre de bouche à oreille. Ce que tu entends est ce que tu achètes, c’est ma dose de réalité. Pas de compromis, pas d’attentes ou de déceptions. Le manifesto de Post Scriptum Records est : déballe toutes tes emmerdes afin de purifier ton coeur. Que ça plaise ou non, on ne peut pas faire plus pur que ça.

Le track A2 sur Year Zero s’appelle Nuestra Planeta, et j’ai adoré d’ailleurs. Très sombre et brut… Je me suis du coup demandé si tu prenais parti dans des débats ou protestation politiques ou environnementales ? Où vois-tu notre civilisation dans 100 ans ?

100 ans ? J’en ai assez de dépeindre des images futuristes de science fiction: des voitures volantes et des rencontres avec les petits hommes verts.
Non, je ne m’implique pas dans quelque débat ou protestation. Mon chez moi, ma famille – ce sont ma planète. C’est de là que je tire la plupart de mes inspirations et ma joie, ou pas. Amour, frustrations, colère ou ce qui me vient. Je suis intimement convaincu que si vous ne balayez pas devant votre porte, à savoir votre esprit, vos relations les plus proches, alors s’investir dans quelque mouvement, quelque débat est une perte de temps.

Penses-tu que les gens apprécieraient autant tes productions et tes performances si tu n’étais pas camouflé. Dirais-tu que c’est moyen de communication efficace ?

J’avais besoin de gérer mes problèmes de paranoïa.

Porter une capuche pour camoufler mon visage est juste la conséquence d’un léger conflit que je me suis infligé et peut-être que je t’en parlerai un jour. L’identité de Post Scriptum a été créée juste avant la sortie sur Infrastructure. En enfilant ma capuche pour la première fois, j’ai essayé de satisfaire tout le monde et bizarrement j’ai commencé à aimer ça. Je me suis rendu compte que l’anonymat ne pouvait être éternel mais que ça me donnait une direction artistique. J’ai compris qu’être un artiste sans visage ni racine à cette époque était le meilleur moyen d’explorer des terrains auparavant inconnus pour moi. Paradoxalement, je révèle plus musicalement avec Post Scriptum qu’en étant démasqué. Je serai vraiment étonné de savoir si les gens se préoccupent vraiment du masque ou non. Je ne crois pas que cela influence les goûts musicaux. Ce que cela pourrait influencer, c’est le focus sur le coeur du concept : l’expression des recoins les plus sombres de mon coeur et de mon âme. J’avais besoin de gérer mes problèmes de paranoïa alors grâce à Post Scriptum, vous obtenez mes vrais sentiment les plus durs, brutaux.

Quelles sont les prochaines étapes sur ton label ? Comptes-tu sortir plus de disques cette année ?

J’espère ! Quand vous lirez ceci, 000 sera déjà sorti. Je prépare la prochaine sortie, quelques enregistrements se font. À ce stade, je peux dire qu’il s’agira d’un EP de quatre tracks, qui sera un avant-goût de l’album à paraître.

 


Hey Post Scriptum! What can you reveal about yourself without compromising your anonymity?

With a bit of attention you may feel a lot about me in my music. The sound itself reveals all that you would ever need to know about me. If you got couple minutes just tune in and take a ride…

 

Although these two years feel like a lifetime, I haven’t done anything yet that I’d consider to be accomplishments. It was quite a coincidence that Post Scriptum emerged, and I’m genuinely happy as I feel it couldn’t have happened in the more right time for me both artistically and personally.

If you had the power to relive one day in your life, which one would it be and why?

All the good and bad days I’m leaving behind. Really don’t want to relive any, as I believe the best ones are still to come.

Your first Ep will be out April 17, I assume this is a manifesto of some sort, right? Is there a message you’ll try to spread on your own imprint that you wouldn’t on other labels?

My home and my family – it is my planet.

Record labels have their own idea of how they want to go about the releases both from the conceptual, graphic as well as sound aspect, which sometimes limits your own artistic expression. Having your own label is definitely being home. Much more engaging but totally free. This is how I can hit you with a direct message, without any shit lost in translation or misconceptions. What you hear is what you get, it’s my dose of human reality. No compromises, no expectations met as none are set. The manifesto of Post Scriptum records is: put your junk out on the table to clear your heart. Like it or not it doesn’t get any more pure then this.

The A2 Track on Year Zero is called Nuestra Planeta and I loved it by the way. Very dark and raw. It actually made me wonder if you are getting involved in any political or environmental protest debate or movement? Where do you see our civilization in let’s say 100 years?

100 years? I’m done with drawing futuristic images of science fiction: flying into space and meeting green friends :)

No, I’m not getting involved in any protest nor debate. My home and my family – it is my planet. It is where I get most of inspiring moments of joy, and not. Love, frustrations, anger or whatever comes. I’m absolutely sure that if you don’t clean your own environment, being your head, your closest relationships, then getting involved in any movement, any debate – is a waste of life.

Do you think people would appreciate your releases and live performances as much if you were not disguised or would you say it is a very effective communication tool?

I am revealing more with my sounds as Post Scriptum

Wearing a black hood covering my face is just a consequence of a small conflict I caused, and may tell you about it some day. Post Scriptum moniker was created just before the record for Infrastructure was released. By putting the hood on for the first time, I tried to make everybody happy, and surprisingly I started to enjoy it myself. I realize that being anonymous is not forever, but it gave me a direction for the creation. I understood that being a performer with no face nor roots is a perfect body and time to get to where I haven’t been with my music before. Paradoxically, I am revealing more with my sounds as Post Scriptum, as ever before as an unmasked guy. I would be surprised if people really cared if the artist is disguised or not. I don’t think it influences your music taste. But what it could influence is the focus on the core of the concept: of no hesitation to fully express the darkest alleys of my mind and heart. I needed to deal with own paranoias so with Post Scriptum you get my harshest brutal true feelings.

What are the next steps to be taken on your label? Will you release more this year?

I hope, when you are reading this, 000 is already out. I’m preparing the next release, some recordings are taking place. At this stage I can say that this is going to be a 4 track single, which will be a foretaste of the album to come.

 

Tags: , , , ,


About the Author

https://www.instagram.com/alieenated/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑