Interview nimakhak

Published on janvier 9th, 2018 | by Romane

0

Nima Khak : « La musique électronique ? Je suis autodidacte »

– INTERVIEW – Nima Khak s’est lentement mais surement imposé comme poulain de la scène suédoise. Patron du label SAND et figure de proue des labels Parabel ou International Sound Laboratory, il s’est prêté au jeu de l’interview avec nous. L’occasion pour la rédaction d’en apprendre plus sur ses ambitions, son enfance et sa vision optimiste de l’avenir. Un jeune homme intéressant, modeste et dont on ne se lasse pas d’entendre les productions…


Propos recueillis par Romane

(SCROLL DOWN FOR ENGLISH VERSION)


Salut Nima ! Tout d’abord, pour nos lecteurs qui n’ont pas (encore) eu la chance de te découvrir, peux-tu brièvement te présenter?

Je suis un producteur et dj techno basé à Stockholm en Suède.

Tu es né en Iran, a grandi en Suède. On pourrait penser que ces deux cultures sont opposées sur tant de niveaux. Est-ce que ce passé bi culturel se traduit dans ta musique et comment?

Aussi loin que je puisse me souvenir, il y a avait de la musique chez moi. De la musique iranienne, des génies tels que Sharam Nazeri mais aussi de la musique populaire d’artistes comme Googoosh en plus de la musique populaire dans laquelle se plonge un adolescent qui grandit à Stockholm. Des trucs genre Prodigy, The Chemical Brothers, Nirvana etc. Cela m’a influencé et cela a influencé ma musique de manière subconsciente j’en suis sur.

Je me souviens être tombée sur ton track de 2012, A tribe Called Quest et l’avoir adoré. Je me suis depuis toujours demandé si c’était comme un hommage à ce groupe de rap mythique? As-tu un passé autre qu’électronique?

C’est absolument un hommage. Je suis autodidacte quand il s’agit d’écrire et de jouer de la musique. Etant petit, j’ai pris des leçons de piano qui m’ont aidé à comprendre les échelles musicales à quelques exceptions près, j’ai toujours composé de la musique électronique. J’ai écouté pas mal de hip-hop, que je considère comme une forme de musique électronique également. Beaucoup de producteurs de hip-hop utilisent les mêmes synthés et drum que les producteurs de techno et j’aime les tracks bien exécutés, quel qu’en soit le genre.

J’entends beaucoup parler de la “Techno suédoise” ces derniers mois… Il semblerait que la Suède soit le nouveau nids à talents de l’Europe. Alors forcément, je souhaitais te demander comment tu définirais la “Techno suédoise”? Qu’est ce qui la rend différente des autres technos?

Je pense que la “Techno Suédoise” avait un son bien mieux défini vers la fin des années 90, début 2000. Il existait alors un son que l’on associait vraiment à la Suède, et à Stockholm en particulier. De nos jours, je pense qu’il y a beaucoup de producteurs fantastiques en Suède. Mais le son y est bien plus divers. Ce qui pourrait être appelé “Techno Suédoise” de nos jours serait de la techno un peu triste, mélancolique, qui reflète assez bien notre climat en fait.

« J’ai toujours composé de la musique électronique. »

J’ai suivi de près chaque sortie sur ton label SAND. Peux-tu nous en dire un peu plus sur l’année à venir?

SAND est ma plateforme pour sortir de la musique en solo ou bien avec des amis. Il y aura des sorties de Nima Khak et Swedish Naan Boys cette année de sur !

Quel est le meilleur commentaire que quelqu’un (qui que ce soit d’ailleurs) t’ai fait concernant ta musique? Le pire?

Je suis extrêmement reconnaissant de chaque personne qui prend de son temps pour m’encourager, me complimenter sur les réseaux sociaux ou ceux qui achètent mes disques en boutiques. Le soutien que je reçois est sans faille et je ne peux remercier assez les gens.
Le pire serait surement “peux-tu jouer quelque chose qui me fasse danser?” ou n’importe quelle demande lorsque je joue en club en fait !

Je sais combien cette question peut sembler cliché mais j’aime la poser à ceux qui ont du talent… Où vois-tu notre monde dans 10 ans? Et toi dans tout ça? 

Le monde est un endroit bien moins sur qu’il y a 10 ans. Mais je suis quelqu’un de positif et j’espère que la race humaine va enfin répondre aux défis environnementaux et surmonter la menace nucléaire pour plutôt créer un futur dont nous serons fiers pour des générations à venir. Personnellement, j’espère continuer à faire ce que j’aime, à savoir composer de la musique.

Et enfin, petite dernière… J’ai entendu dire que tu portais souvent un t-shirt où il est inscrit “Adam, Cari, Joel & Jesper”… Peux-tu nous expliquer qui sont ces noms? Et quelle est la symbolique de cet habit?

Beyer, Lekebusch, Mull, Dahlbäck, des mecs qui sont fondamentalement des icônes de la techno Suédoise. Je suis fier de les appeler des collègues, des tuteurs, et des amis !


Hello Nima! First of all, for our readers that didn’t get lucky enough (yet) to get to know you, could you maybe give us a brief introduction about yourself?

I am techno producer and dj based in Stockholm Sweden.

You were born in Iran, raised in Sweden. One may think these two cultures don’t relate on so many levels. Is this bicultural background translating in your music and how?

As far as I can remember there where always music playing in our home. Iranian music from masters like « Sharam Nazeri » but also popular music
and artists like « Googoosh » in addition to all the other popular music a teenager gets into growing up in Stockholm, stuff like « Prodigy », « The Chemical Brothers », « Nirvana » etc. This has influenced me and my sound on a subconscious level I am sure.

I remember stumbling upon your 2012 track A Tribe Called Quest and loving it! I have wondered ever since if that was a sort of tribute to the legendary rap band? Do you have a non-electronic music background?

It’s absolutely a tribute to them. I am basically self-thought when it comes to writing and playing music, as a child, I took piano lessons which help with understanding the musical scales but with a few small exceptions, I have always written electronic music. I have listened to a lot of hip-hop, which I consider to be a form of electronic music as well. A lot of hip-hop producer use the same synths and drum machines as techno producers and I always love a well-produced track, no matter the style.

I’ve heard a lot about the “Swedish techno” these past months… It seems like Sweden is the new place for talented artists to emerge from. So of course I wanted to ask you, how would you define the “Swedish Techno”? What makes it different to any other type of techno?

I think « Swedish Techno » used to have a much more defined sound in the late 90s/early 2000s back then there was a much more clear sound that
was associated with Sweden in general and Stockholm in particular. Today I think there are a lot of fantastic producers in Sweden. But the sound is much more diverse, maybe if there is something that can be called « Swedish Techno » today is that it’s often music that is moody and a bit melancholy which maybe reflects our climate.

I’ve been following closely every release from your label SAND. Is there more you can reveal for the upcoming year?

SAND is my platform for releasing music that I have written either solo or with friends. There will be more Nima Khak and Swedish Naan Boys productions coming during next year for sure!

What’s the best comment someone (whoever) ever made about your music? What’s the worst?

I am extremely thankful to each and every person that reaches out to me with kind and supportive words on social media or picks up one of my records in a store. The support that I get is incredible and I can’t thank people enough for it! The worst is probably « can you play something that I can dance to » or any general request while playing music out in a club 😀

I know how cliche this question sounds but I like to ask it to talented people… Where do you see our world in 10 years? What about yourself? Whether professionally or personally.

The world is a more insecure place than it was a decade ago. But I am a positive person and I hope that we as a human race will step up to the challenges of environment and threat of nuclear destruction and create a future that is something that we are proud of for future generations. Personally, I hope that I will continue to do what I love in ten years from now, that is, writing music.

Last but not least… I heard you’re often wearing a shirt that says « Adam, Cari, Joel & Jesper”… Could you explain who these four names are? And what’s the meaning behind this shirt?

Beyer, Lekebusch, Mull, Dahlbäck, guys who are fundamental Swedish Techno Icons. I am proud to call them fellow musicians, teachers and my
friends!

 


Nima Khak & Cari Lekebusch sortent un EP le 15 Janvier, Lost Prophet sur le label H-Productions.
Pour se le procurer, il faudra cliquer là : https://h-productions.bandcamp.com/

Nima Khak sur Facebook : https://www.facebook.com/nimakhakmusic/
Nima Khak sur Resident Advisor : https://www.residentadvisor.net/dj/nimakhak

Tags: , , , ,


About the Author

https://www.instagram.com/alieenated/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑