Interview 11807772_386988981511110_7847177710318615432_o

Published on décembre 1st, 2015 | by Ariane

2

La techno libre de Marwan Sabb

PORTRAIT – Marwan Sabb a une histoire, une profondeur unique et multiculturelle. Le franco-tunisien a découvert la musique électronique enfant, en regardant un clip de Kraftwerk. Et il a rejoint les platines après avoir fait ses armes… en Afghanistan. Aujourd’hui, il réussit à s’imposer sur la scène parisienne avec douceur et générosité.

Issu d’une formation musicale classique, le jeune producteur de 24 ans tient sa précision des nombreux cours de piano qu’il a suivis avec assiduité étant enfant. « La toute première fois où j’ai découvert la musique électronique, j’étais encore un gosse. En regardant la chaine allemande Viva, je suis tombé sur le clip d’un groupe de mecs étranges qui tapaient sur des claviers : Kraftwerk. Depuis ce jour j’ai supplié mes parents pour avoir un synthétiseur comme eux. J’ai fini par avoir gain de cause et du coup j’ai joué du synthé/piano durant toute ma jeunesse, ce qui m’aide beaucoup aujourd’hui à comprendre la musique. ». 

A 18 ans, alors qu’il suit une formation millitaire à Annecy, il achète ses premières platines. Ses journées, il les passe à l’armée, mais la nuit, il mixe dans les bars et les petits clubs. Au total, Marwan aura servit cinq ans chez les chasseurs alpins de l’armée française et sera parti six mois en Afghanistan. Marwan Sabb s’est aussi forgé grâce aux rencontres, aux nombreux contacts et aux liens d’amitiés qu’il a la facilité de créer avec les personnes qui l’entourent.

« Je suis tombé sur le clip d’un groupe de mecs étranges qui tapaient sur des claviers: Kraftwerk »

6 mois dans l’armée en Afghanistan

En 2010, il se fait d’ailleurs remarquer lors du festival Rave On où il joue le warm up de la fabuleuse et respectée pointure : Nina Kraviz. Mais Marwan n’oublie pas ses engagements envers l’armée et part combattre 6 mois en Afghanistan. Là-bas, il ne perd pas son goût pour la musique et multiplie les rencontres, enrichit son univers artistique. Une fois rentré en France, le jeune Dj s’installe définitivement à Paris, travaille son style et ose envoyer une démo achevée au label de Timid Boy, Time has changed. Le dj parisien le prend sous son aile et produit avec lui son premier EP, 100% deep.

Marwan Sabb X Timid Boy

Ses influences? Tout, sauf la techno

Avec Upper, Marwan acquiert un nom. Supporté par les plus grands comme Marco Carola, Richie Hawtin et Dubfire, en seulement trois ans, il parvient à se hisser au sommet et devient résident du YoYo-Palais de Tokyo, un des clubs les plus respectés de la capitale. Son style oscille toujours entre tech-house et minimale hypnotique avec de très bons ingrédients underground et un sample de voix bien travaillé. C’est cela qui crée une atmosphère planante et groovy à la fois. Des beats pointus et mesurés, un rythme cadencé mais sans violence, voilà comment on pourrait le plus simplement possible décrire la musique de Marwan Sabb. Car en réalité elle est complexe, riche et puissante. Chaque beat est travaillé et le producteur acharné de travail enchaine les tracks. Pourtant, quand on lui demande quelles sont ses influences musicales, Marwan ne cite pas d’artistes techno : «J’écoutais beaucoup Michael Jackson étant petit, je suis un grand fan, il m’inspire encore aujourd’hui. SOAD aussi, j’adore le chanteur du groupe : Serj Tankian . Au final, mes influences ne sont pas dans la Techno. »

Marwan Sabb au Yoyo lors de la dernière soirée Insomnia

Lors de la dernière soirée Insomnia

 

Son style a évolué au cours des années et s’oriente vers la house minimale. De quoi rassembler autour de lui un public de passionnés. Aujourd’hui, Marwan a lancé ses propres soirées Insomnia au Palais de Tokyo où il reçoit des pointures du monde entier.

« C’est un projet qui me tient à cœur, j’ai beaucoup bossé dessus et je suis très content de la bonne tournure que prennent les choses. On a fait un bel openning season en Octobre au Yoyo – Palais De Tokyo avec FUMIYA TANAKA et JANINA et on revient le 30 janvier avec la grande SONJA MOONEAR  ! Pour les 2 ans d’INSOMNIA rec. , les samedis 2 et 16 avril 2016, on invite trois djs du label roumain [a:rpia:r], mais je ne peux pas en dire plus… On aura également 3 dates durant l’été 2016 à la Plage Du Glazart en collaboration avec nos amis de La Clap, restez connécté ! ».

Insomnia rec. at YOYO – Palais de Tokyo with Fumiya Tanaka – Janina – Marwan Sabb_ & Max Yolin © Inertie tv

Posté par Insomnia rec. sur mardi 1 décembre 2015

Vidéo de la dernière soirée Insomnia

Quand il n’est pas en festival à travers le monde, il nous fait le plaisir de jouer dans la capitale dans des events d’exceptions.

Son meilleur souvenir de soirée ? Il en a beaucoup, mais deux reviennent principalement : « Le premier c’était à Bucharest aux cotés de Paco Osuna au légendaire Kristal Club en avril dernier, et le second c’est tout frais, c’était à Bruxelles en Novembre au WOOD club. Quelle vibe ! ».

 

Le set orgasmique de Marwan au Wood Club de Bruxelles

 

Si on demande à Marwan Sabb quel serait le meilleur mot pour décrire sa musique, il nous répond « Liberté ». Son aventure sur les dancefloor semble être bien loin de s’arrêter là. Car Marwan n’est pas seulement exceptionnel dans sa musique, il est aussi un être d’exception. Il vient d’ailleurs de signer sur le label de Monsieur Dubfire : SCI+TEC, de quoi le rendre « Très heureux et honoré ». L’année 2016 s’annonce bouillante !

Events Facebook INSOMNIA rec. : 30 janvier SONJA MOONEAR (Perlon) ; 02 avril 2016 « 2nd anniversary » part. 1 Secret guests from (a:rpia:r) ; 16 avril 2016 « 2nd anniversary » part. 2 Secret guest from (a:rpia:r).

Tags: , , , ,


About the Author



2 Responses to La techno libre de Marwan Sabb

  1. Pingback: [Interview] MARWAN SABB nous parle de son collectif Insomnia – ItineraireBis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑