Interview Johannes Heil - Pic

Published on octobre 4th, 2017 | by Francka Martin

0

Johannes Heil : « Lâchez le passé, vivez maintenant et continuez à progresser »

– INTERVIEW – Connu de tous, Johannes Heil n’a plus besoin d’être présenté. À défaut d’avoir la chance de le voir se produire en France, il a répondu à nos questions pour combler ce manque. De Len Faki à ses chats en passant par son nouvel LP, Johannes Heil nous a parlé de son amour pour la musique. 

Propos recueillis par Francka Martin de Mailly 

(INTERVIEW EN VERSIONS FRANÇAISE ET ANGLAISE)


Bonjour Johannes ! Tu as créé ton propre label en 1994, JH-Records, comment as-tu réussi à le faire évoluer au fil des années ?

Lâchez le passé, vivez maintenant et continuez à progresser. J’ai surmonté les obstacles mentaux en ayant confiance.

En 2015 tu créés EXILE avec Markus Suckut, sur lequel tu as sorti ton EP EXILE 007 en avril, qui m’avait d’ailleurs énormément plu. Outre votre passion commune pour la musique, quelle était votre ambition lors de sa fondation ?

EXILE est un refuge pour mes amis, afin qu’ils travaillent librement et qu’ils se développent à travers un processus créatif naturel. C’est l’ambition que j’avais en faisant ce label.

Tu travailles souvent avec Len Faki. Comment en êtes-vous venu à collaborer ensemble ? Au delà des productions que vous faites ensemble, sera-t-il possible de vous voir sur scène en duo ?

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois juste après que j’ai envoyé la démo de Lifesigns, qui est sorti en 2013 sur le label Figure. De mon point de vue, le scénario où je jouerait avec Len Faki un jour me semble tout à fait impossible!

Tu as sorti un nouvel LP, Gospel, il y a quelques jours sur un label Allemand, Odd Even, où tu avais déjà signé ton EP By Night. Qu’est ce que tu peux nous dire à propos de ce nouveau LP ? Quelle a été ta ligne directrice pour les titres que tu as produit ?

Gospel est né sans avoir de ligne directrice. La ligne rouge de cohésion que vous pouvez entendre et ressentir est une âme qui semble jouer avec sa lumière, du moins c’est ce que je peux dire à ce sujet. Mais ce qui est plus important c’est ce que l’auditeur entend, car il s’agit d’écouter quand on parle de musique.

J’ai vu sur ton Instagram que tu aimais beaucoup les chats. Ils sont réceptifs à ta musique ou ça leur fait peur ?

Dans le studio, ils semblent débordés par tous les objets qu’ils voient. En les observant, j’ai vu qu’ils avaient une audition beaucoup plus sensible que n’importe quel être humain, donc être en studio pour eux est à la fois excitant et nocif. Par contre, quand je joue des sons relaxants et méditatifs dans mon salon, ils se joignent à moi en paix.

Si tu devais te décrire un morceau, lequel choisirais-tu ? 

S’il y avait une chanson qui pourrait me décrire, alors le travail serait fait. Même si vous écoutez tous les airs musicaux qui ont été produit, ça ne serait qu’une sélection fragmentée et collectée de toutes les formes possibles dans lesquelles le moi peut se représenter dans la musique.


You created your own label in 1994, JH –Records, how did you manage to make it evolve through the years?

Let go of the past, live now and keep moving on, overcome mental barriers by having faith.

In 2015 you created EXILE with Markus Suckut, on which you released your EP EXILE 007 in April – I must admit it’s my favorite. More than your commun passion for music with Markus, what was your main ambition when you started it ?

Exile is a refuge for friends to work freely and grow thru a natural creative process untouched
by any kind of materialistic goal, this is the ambition behing it.

You often work with Len Faki. How did you two meet ? More than your commun projects,
would that be imaginable to see you together on stage ?

We met for the first time right after i sended out the demo for lifesigns, which got released in
2013 on figure. From my point of view, to have a stage project together seems quite unlikely
to happen.

You’re releasing a new LP, Gospel, at the beginning of October on German label, Odd Even, Same label where you released EP By Night. What can you tell us about this new LP and what was your guideline behind your project ?

Gospel came together without having an album in mind, there was no guideline, I fell into
place, so the red line of cohession you can hear and feel simply is a soul playing seemlesly
with it’s light, at least this is what i can tell about it, but it is of a much greater importance
what the listener hears in it, because it is all about listening when it comes to music.

I saw your Instagram and can tell you love cats. Are they receptive to your music or scary when you produce at home?

In the studio it seems like they feel overwhelmed by all the objects they see there and i can
tell by ovservation that they have a much more sensitive hearing then any human being,
so to be in the studio for them is very exciting and also alerting, but when i sit in the living
room and play relaxing and meditative motives, they all come and join me being at peace.

If you had to pick one song to describe yourself, which one would it be ? And of coursebecause I am not gonna set you free on a easy one… Why this one ?

If there would be one song which could do this job the work would be done, therfor even if
you listen to all the tunes which came thru, this still would only be a fragmented and collected
selection of all possible forms in which the self can present itself thru music.

Tags: , ,


About the Author

http://www.instagram.com/franckamdm



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑