House Capture d’écran 2014-12-05 à 20.09.35

Published on décembre 7th, 2014 | by Charles

2

Steffi: sombre mais tellement sexy

A l’occasion de sa venue au Rex Club vendredi prochain pour présenter son nouvel album Power Of Anonymity, on a voulu rappeler qui est Steffie Doms, cette jolie brune qui fait tourner les têtes et les oreilles depuis une quinzaine d’années.

Écouter de la musique, aller en club, danser sur la piste. On fait tous ça sans trop se poser de questions, ça fait partie de notre rythme de vie. Pourtant, l’artiste qu’on va voir jouer, lui, aura souvent arrêté un choix de tracks qui constitueront son set, afin de nous raconter une histoire, de nous amener dans son univers. Il y a là quelque chose de très personnel, l’artiste se met en quelque sorte à poil devant son public, en espérant susciter un certain engouement. Ce qu’il y a d’exaltant avec la musique électronique, c’est qu’elle a si peu de limite que chaque artiste peut avoir ses inspirations propres, ses influences personnelles, qu’il mêle aux nouveautés du moment pour en faire sa propre sauce.

Steffi connaît les règles du jeu et applique ce schéma à merveille. Elle est un de ces DJs aux idées claires et précises qui savent s’ouvrir aux nouveaux horizons sans changer de ligne directrice.

Un Dj hors pair

Steffi, on la connaît comme résidente du mythique Panorama Bar à Berlin. Sept ans déjà qu’elle vit à Berlin et qu’elle fait partie de l’équipe Ostgut Ton. Lorsqu’elle joue dans son fief, c’est l’effervescence au dernier étage de l’usine désaffectée en béton armé de Friedrichshain. Ses sets sont un prolongement de la musique qu’elle produit : une house rythmique qui groove un max et qui emprunte au niveau d’en-dessous (le Berghain) ses tonalités de techno sombre et industrielle.

Il faut l’avoir vécu pour comprendre l’atmosphère qui règne en milieu de set de Steffi : ça balance dans tous les sens ! Impossible de rester statique. Même les plus bourrins des amateurs de techno dure et rapide se laissent enivrer par son sens du rythme et de la fête. Steffi c’est ça : une jolie hollandaise brune à forte personnalité qui sait que le rôle du DJ c’est de rendre son public joyeux.

pbar1

Panorama Bar, Berlin

Un label-manager entreprenant

A côté de sa carrière de DJ, elle a fondé deux labels:

– En 2000, elle crée « Klakson » avec son compatriote Dexter. Une vingtaine de sorties en 10 ans, des artistes plutôt dans l’ombre des projecteurs, mais des tracks électro qui ont du caractère et qu’on retrouve encore aujourd’hui dans de nombreux sets house.

Fastgraph – Systematic, sorti en 2001 sur Klakson

– En 2010, Steffi crée « Dolly », un label qu’elle gère seule et sur lequel elle fait signer des artistes comme XDB, The Oliverwho Factory, Johannes Volk, Leonid ou encore Brooks Mosher.

Johannes Volk – Inferno

Dolly c’est Klakson en moins électro; on se rapproche des standards house de Levon Vincent et Tama Sumo. L’influence Ostgut Ton est passée par là.

Un producteur visionnaire

Justement Ostgut Ton, c’est sur ce label que Steffi a le plus signé. Son premier morceau figurait sur la compilation Panorama Bar 02 – Mix CD de Tama Sumo : 24 Hours. Ensuite elle sort des tracks qui marqueront l’histoire de la house comme Yours avec Virginia, ou Sadness.

steffi_590

La compilation Panorama Bar 05, réalisée par Steffi en 2013

Six ans après son arrivée à Berlin, Ostgut Ton lui confie le soin de réaliser la compilation Panorama Bar 05 – Mix CD ; elle y insère des productions à elle aux cotés de morceaux d’artistes comme Fred P, Dexter ou Trevino. Cette compilation est une œuvre d’art du début à la fin : on plonge complètement dans son monde en eaux profondes, sombre mais terriblement sexy. Tout juste comme l’est le Panorama Bar.

Le 24 novembre dernier, Ostgut Ton a sorti la dernière création de Steffi : Power of Anonymity. Un album de dix titres savamment muris dédiés au dancefloor.

« Je voulais commencer à bosser sur mon nouvel album sans que des attentes précises du public ou de moi-même ne viennent parasiter sa construction. Je voulais tendre vers une approche émancipée et détachée de tout. Je suis donc allé puiser dans mes racines, c’est-à-dire la musique que je jouais et écoutais à mes débuts : l’IDM et l’électro. Mon intention était de sortir un album que j’aurais envie de trimbaler dans ma sacoche afin de le jouer dans mes sets . »

Pour cet album, Steffi a souhaité réunir les conditions optimales à sa conception. Elle s’est donc imposée une certaine discipline, notamment de ne pas se laisser déconcentrer par des dates aux quatre coins de l’Europe.

Steffi-Power-Of-Anonymity-Album

Le nouvel album de Steffi « Power Of Anonymity »

 

« La clé de la créativité, c’est de rester concentrée.»

 

Power Of Anonymity propose aussi bien des morceaux mélodieux à l’atmosphère décontractée comme Pip ou Fine Friend que des morceaux entrainants et hypnotiques comme Selfhood, Bag Of Crystals, JBW25 ou Bang For Your Buck.

L’esprit général de l’album rappelle la marque de fabrique des classiques de l’électro de Détroit (utilisation des structures rythmiques industrielles de la Roland TR-808, des notes de synthé tranchantes comme des lames de rasoir) à quoi elle ajoute sa touche de modernité : cela donne un son retro-futuriste moderne qu’on adore.

Outre que l’on vous conseille évidemment d’acheter ce nouvel album, on vous rappelle que Steffi et Virginia seront aux commandes du Rex Club vendredi 12 décembre 2014, pour une nuit Ostgut Ton qui vous donnera chaud, même par temps de neige.

10590576_752180641498012_5941656203140642300_n

Tags: , , , , , , , ,


About the Author

Der Anwalt der Nacht



2 Responses to Steffi: sombre mais tellement sexy

  1. Pingback: Delighted | I'm delighted when I hear it

  2. Pingback: relevant domains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑