House logo perlon

Published on août 1st, 2016 | by Charles

0

Perlon: un ovni vieux de 20 ans

SÉRIE D’ÉTÉ (1/4) – En août, Delighted se penche chaque semaine sur un label historique. On commence cette semaine par Perlon, maison de disques emblématique de la micro-house créée il y a vingt ans. Un genre musical à part entière.

 La raison pour laquelle Eve a poussé Adam à croquer dans le fruit défendu est précisément pour goûter non pas au parfum acidulé de la pomme, mais plutôt au divin plaisir d’avoir transgressé l’interdit sacré. Telle Eve à Adam, la rédaction vous propose de goûter au fruit défendu de la house en dressant un portrait du label allemand Perlon.

Perlon est un label qui produit de la house et même de la techno mais dans un style tellement minimaliste qu’on l’appelle micro-house / micro-techno. En écoutant du Perlon, on se rend rapidement compte qu’il est très difficile de ranger cette musique dans une case. Son identité sonore est tellement forte que certains parlent de Perlon comme d’un genre musical à part entière. Pourtant, ses fondateurs n’ont jamais eu cette ambition.

Quelques potes à Francfort

Depuis le début, l’aventure Perlon reste une bande de potes de Francfort qui font de la musique et qui s’amusent. Thomas Franzmann (aka ZIP) et Markus Nikolai avaient déjà fait l’expérience de gros labels (Warner Music et Sony Music) lorsqu’en 1997, ils décident de fonder leur propre label pour gagner en indépendance. Faire ce qui leur plait, sans avoir de consignes de personne. Voilà ce qu’ils veulent. Si l’on force la création, on risque de la perdre. C’est ce que Robert Hood déclamait d’ailleurs la même année dans son Doin My Thing EP qu’il sortit sous son alias Floorplan.

« Faire ses trucs », tout simplement

En faisant juste leurs trucs, Thomas et Markus sortent des EPs exceptionnels, qui n’ont pas pris une seule ride en 19 ans. Écoutez vous-même.

Comme faire ses propres trucs prend du temps si l’on veut que le travail soit bien fait, ils décident de ne jamais accepter les démos d’artistes extérieurs désirant signer sur Perlon. La quarantaine d’artistes ayant signé sur ce label sont soit des amis des fondateurs, soit des artistes contactés directement par eux pour collaborer. Pour rappel, Perlon regroupe certains des plus grands artistes de la musique électronique actuelle: Ricardo Villalobos, Fumiya Tanaka, Thomas Melchior, Margaret Dygas, Maayan Nidam, Luciano, Baby Ford, A Guy Called Gerald, Sammy Dee, Mathew Jonson ou encore Cassy.

Artists are Friends and Friends are Artists

Si Perlon existe toujours et fait plus que jamais figure d’exemple dans la culture underground, c’est grâce à l’éthique de ses fondateurs, qui ne courent pas après le succès, mais font simplement ce qu’ils aiment sans s’encombrer du reste.

Technique + dérision = combo gagnant

Ce qu’on aime chez Perlon, c’est leur côté décalé, blagueur en fait, qui dénote beaucoup des esprits hautains et faussement sérieux trop souvent constatés chez les artistes. Comme le morceau Bushes de Markus par exemple, qui reprend des enregistrements pris dans un salon d’épilation… Les mecs sont tellement au point techniquement qu’ils peuvent se permettre une haute dose de dérision sans jamais tomber dans le ridicule.

Perlon réussit donc à nous faire rêver, à nous faire danser, à nous faire rire, tout ça depuis quasiment 20 ans. Cette maison de disque discrète reflète la façon qu’ont ses artistes de travailler: en prenant du plaisir. Une belle leçon de vie qui fait triompher le plaisir et l’amitié sur la gloire et le profit.

Tags: , , , ,


About the Author

Der Anwalt der Nacht



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑