Events Photo en tete elektrische

Published on avril 9th, 2018 | by Stephane

0

FOCUS SUR… ELEKTRISCHE

– EVENEMENT / FOCUS – En vue de la venue de Raresh à Nice le 13 Avril prochain au Kwartz pour une soirée Elektrische, Delighted a fait quelques investigations pour en savoir plus sur ce qui se cache derrière ce nom à consonance germanique, une belle enquête…


Une belle idée

Avant d’être une entité, une soirée, un nom de club.. Elektrische c’est surtout l’idée d’Olivier Bianciotto (plus connu sous son alias DJ, Olive_r), un type du coin qui s’est lancé dans une aventure du jour au lendemain sans réellement se poser de questions et qui n’imaginait pas les proportions que ça prendrait. Un projet qu’on pourrait clairement qualifier d’artistique au sens propre du terme puisqu’il est affranchi depuis son début de toute contrainte, puisant son essence et son énergie dans son indépendance, son envie de partage et la volonté de satisfaire en premier lieu les valeurs défendues par le concept plutôt que la nécessité de plaire à autrui et/ou d’être rentable.

C’est en 2012, dans un climat d’ennui latent, dans une ville où la scène électronique était de plus en plus moribonde avec la fermeture de certains établissements depuis quelques années que l’Elektrische a vu le jour (…enfin, la nuit). En entendant parler d’un local inoccupé dans le sous sol d’un club niçois, Olive_r a une idée simple : y installer deux platines vinyles et une table de mixage sur une table en béton pour y faire quelques fêtes de temps en temps.

Son créneau ? Proposer un lieu de vie nocturne sans prétention dont il est le garant artistique, où le leitmotiv absolu est d’y diffuser une musique de qualité dans une ambiance détendue.
Le lieu est exigu (une capacité d’environ 80 personnes), sombre, un agencement mi-cathédrale mi- catacombes avec des voutes qui épousent chaque recoin mais un charme certain qui s’en dégage.
La sauce prend immédiatement, la clientèle est hétéroclite et à la cool, loin des standards « bling bling French Riviera ». Les vieux de la vieille côtoient les nouveaux kids, le livreur de pizzas croise le fils du notaire, et les filles peuvent se laisser aller à quelques pas de danse sans « relous » qui les harcèlent. Qui dit petit espace dit donc sélection radicale à la porte, mais des sourires et du respect vous assurent l’entrée, pour peu qu’il reste encore de la place. Quant au booking, il s’oriente vers les DJ’s locaux. Puis des DJ’s plus connus viendront y jouer leurs galettes. Le budget est restreint mais les noms défilent grâce aux relations amicales nouées par Olive_r dans son passé.

Elektrische


Des beaux noms qui défilent

Ainsi le club voit passer pendant deux ans Robin Ordell, Greg Brockmann, Yakine, John Dimas, D’Julz, DJ F.E.X, Arnaud Letexier, Jef K, Loquace, Yamen & Eda
À l’affût de ce qu’il se passe au sein de la scène et non sans une envie grandissante de passer la seconde, sa curiosité s’agite depuis quelque temps autour de ce nouveau mouvement minimal roumain qui fait de plus en plus parler de lui.. C’est via D’Julz (avec qui il est très ami) qu’il rentre en contact avec Raresh lors d’une soirée Bassculture au Rex à Paris, le début de la romance roumaine sur la promenade des anglais.

Raresh aux platines

Raresh à Elektrische

Dés le premier booking bleu jaune rouge (Praslea) en 2014, l’alchimie opère. À tel point que la sauterie trainera jusqu’à l’heure du petit-déjeuner, en back to back entre le résident et son guest. La soirée est un franc succès, du public qui se délecte des friandises distribuées, aux DJ’s ravis de cuisiner pour une foule aussi gourmande.
Hasard malheureux du calendrier, c’est sur cette fête mémorable que se clôturera le premier chapitre de l’Elektrische, contraint de déménager dans un autre lieu.

Le club s’installe alors rue Bréa, toujours à Nice, 400m plus loin, où se trouve l’actuel Kwartz.
Si le lieu a changé et qu’une certaine impression de devoir repartir de zéro plombe un peu l’atmosphère, l’envie d’Olive_r de continuer de faire grandir le projet est intacte. Son intérêt pour le courant roumain s’est affirmé et il réitère donc l’expérience dans son nouveau club. Barac est booké et c’est un deuxième carton. L’entente entre les deux hommes est immédiate et l’évènement est une nouvelle réussite. Dés lors solidement installé dans le background niçois, poussé par une audience qui répond présent chaque week-end et désormais recommandé par Praslea et Barac auprès des leurs, l’Elektrische peut envisager plus gros, booker les fers de lance du mouvement et patrons du label [a:rpia:r], RPR Soundsystem. Successivement, Rhadoo et Petre Inspirescu viendront régaler les danseurs avant qu’un nouveau coup dur ne vienne stopper l’ascension d’Elektrische. Le club ferme et réouvre plus tard sous une nouvelle gérance et sous le nom de Home Studio.

Un concept inchangé

Resté sur le même créneau musical qu’Elektrische, c’est tout naturellement que le nouveau bailleur ouvre ses portes à l’ancien pour la venue de Raresh un soir de novembre. L’expression d’Elektrische qui se définissait autour d’un aspect club depuis le début se mue alors en source métaphysique qui s’exprimera désormais à travers son aura. Et l’enthousiasme de Raresh ce soir là l’établira définitivement, l’Histoire raconte qu’il aurait tellement apprécié la vibe qu’il aurait fait part de son envie de revenir avec Praslea sous Praslesh pour une nouvelle date.
Si l’idée d’une fête homérique avec Praslesh aux platines continue de trotter dans la tête d’Olive_r, il doit désormais composer avec une nouvelle équation pour qu’Elektrische perdure. Sa représentation ne se manifeste plus à travers le club désormais disparu, mais le concept ne s’éteint pas pour autant, fort de ce qu’il a accompli et des souvenirs qu’il a inscrit dans les esprits de ceux qu’il a touché.
Que ce soit lors d’une soirée spéciale avec un booking exclusif comme celle du 13 avril ou lors des JTLB, nouvelles after parties organisées de manière sporadique où Olive_r se produit en back to back avec Nicolas Dermen (Face), la vibe d’Elektrische aime à s’octroyer quelques fulgurances de temps à autre pour rappeler qu’elle flotte toujours dans l’air.
Et si les fêtes sont dorénavant moins récurrentes, c’est une raison de plus de ne pas rater la prochaine.


Raresh à NiceElektrische sur Facebook : https://www.facebook.com/Elektrische.party/

L’évènement : https://www.facebook.com/events/1900297900015096/

Et pour ne pas le rater, les tickets c’est ici : https://www.residentadvisor.net/events/1075803

 

Tags: , , , , , , ,


About the Author

sur instagram @staifan & en musique par ici https://soundcloud.com/stephane909



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑