Events 000031

Published on juin 29th, 2018 | by Stephane

0

Inside MDRNTY CRUISE

Si le Sonar s’accapare toute l’attention chaque mois de juin (et on comprend pourquoi vu le menu proposé), chez Delighted on avait envie de goûter d’autres saveurs et de s’aventurer ailleurs. Appareil photo en poche et maillot de bain dans la valise, c’est à bord du MSC Opera qu’on embarque pour 4 jours en mer Méditerranée afin de découvrir ce que nous avait concocté MDRNTY Events.

Alors oui je sais.. Pour beaucoup d’entre vous le mot croisière renvoie à une pub diffusée à l’heure de Question pour un champion où l’on apercevrait un couple de seniors avec un grand sourire, s’enlaçant avec la grande bleue derrière eux, soleil couchant et 2 coupes de champagne posées sur la rambarde du pont, le tout accompagné d’une voix off qui piaillerait un truc du style « Prenez le temps d’être heureux, nous nous occupons du reste ». Et bien vous pouvez oublier ce cliché parce que cette croisière là était d’un tout autre genre.

Il en existe des festivals, un paquet même, d’ailleurs qu’est ce qui rend un festival cool as fuck? La programmation? Le lieu? L’atmosphère? Eh bien celui-ci peut se targuer de remplir toute les cases. En proposant un line up très varié sans trop tomber dans la facilité, chacun a pu s’y retrouver, des artistes les plus pointus comme SIT, Cape ou encore Dana Ruh aux sonorités plus « accessibles » de Black Coffee ou Osunlade. 4 scènes, c’est autant de choix afin de satisfaire les goûts des uns et des autres. Je ne vous cache pas que j’avais déjà fait ma short list des sets que je voulais voir, et je n’ai vraiment pas été déçu. Parmi cette liste, il y avait Djebali, et c’est en sirotant mes premières bières, à peine embarqué, que je le croise sur le pont. Armé de mon appareil je me présente à lui pour lui proposer une interview furtive qu’il accepte en toute décontraction.

000019

Djebali entre mon doigt et la table.

Stephane: Bon déjà j’ai vu que ton studio avait été innondé…
Djebali: Oué exact..
S: Comment ça s’est passé? T’as réussi a tout réinstaller?
D: J’ai tout réinstallé, tout remarche, tout est nickel. La seule galère c’est que ça m’a prit plus d’une semaine parce que j’ai du vidé la pièce, c’était le bordel.. Franchement, avant de commencer à tout remettre, j’étais vraiment découragé, vraiment dégouté.. Après ça va, tout remarche.
S: Tous tes skeud sont en bon état?
D: Oué oué tout mes skeud sont en bon état, il y a juste 150/200 pochettes qui sont foutues mais c’est pas grave c’est des pochettes, mais les disques c’est bon!
S: Tant mieux. Tu prépare un truc en ce moment? T’as des sorties de prévues ou quelque chose qui vient de sortir?
D: J’ai une série de tracks que je donne chaque mois sur internet. En fait c’est en téléchargement gratuit pendant 3 semaines et ça s’appelle « once a month » .  A côté de ça j’ai le label qui tourne pas mal aussi. Y a un EP de chris stussy qui vient de sortir dessus et y a des remix de Rossko et Audio Werner qui arrivent. Le maxi va être vraiment cool. Et je vais sortir un EP de NTFO où je fais un remix dessus.
S: C’est ta première fois sur le bateau?
D: Nan j’y ai déjà joué l’année dernière.
S: C’était comment?
D: Mortel, vraiment mortel, j’étais resté les 4 jours, cette année encore c’est ce que je vais faire, la vibe est vraiment top
S: Est ce que c’est le genre de date que t’attends toi en tant que DJ? Dans un spot un peu atypique.
D: Bah oué je suis content même si y a quand même une pression supplémentaire. parce qu’ici comme t’es sur un bateau et que t’es là pendant 4 jours, c’est vachement fermé, tu croise les mêmes personnes tout le temps et tout, en gros tu peux pas te planter, si tu fais un peu de la mer** tu te grilles un peu
S: En parlant de ça, je vois un peu tous les DJ’s au milieu de la foule, vous avez pas un peu des types qui viennent vous harceler? t’as pas des anecdotes un peu marrantes de mecs ou de nanas qui faisaient des actions bizarres?
D: Bah ceux qui organisent c’est MDRNTY, ils font Caprices Festival tout ça et franchement la crowd qu’ils ramènent elle est vraiment qualité. Le public il est cool et moi j’ai pas vu de relous l’année dernière, enfin en tout cas moi j’en ai pas vu.

 

Ion Ludwig

Ma croisière commençait bien. Alors que le son tournait sur la pool stage depuis 15h, 3 autres scène étaient éparpillées entre les différents étages du bateau. Et c’est dans « Piazza d’Espanya » que je commence vraiment mon festival. Yaya ouvrait le bal et je ne l’avais jamais vu. Si j’ai bien aimé ce que j’ai entendu, c’est au « Cotton club » que je vais continuer ma nuit. Le b2b2b entre Giorgio Maulini, James Mc Hale et Alci me met dans le bain avant Mihai Pol que j’entends pour la première fois et que j’ai désormais hâte de  revoir. 3h du matin, Ion Ludwig peut commencer son live devant une assemblée chauffée à blanc et Nima Gorji enchaine. Si aucune fausse note n’est à déplorer jusqu’ici et qu’un autre artiste que j’attendais (Andrey Pushkarev) s’apprête à reprendre, je flanche devant la fatigue et cède aux sirènes de mon lit (Quand on commence à boire dés 15h..).

 

000020

0000352eme jour, un marathon qui s’annonce.. Couché à 9h alors que l’horizon laissait découvrir la Sardaigne, c’est à 14h que j’ouvre les yeux. Je n’ai donc pas posé pied à terre pour découvrir Olbia (il fallait fait un choix entre rentrer se coucher plus tôt la veille ou continuer ma nuit, les enceintes ont bien sur remporté la confrontation sans débat possible). Tant pis, je ferais du tourisme une prochaine fois et me console étalé sur un transat sur le pont supérieur, brillant d’huile bronzante, je laisse ma main danser pour moi pendant que le soleil fonce mon épiderme. Djebali est aux platines et qu’il se rassure, il ne s’est pas loupé. 3h de groove et de house comme j’adore, le remontant qu’il me fallait pour me sortir de ma gueule de bois. Osunlade reprend derrière. De ce que j’avais entendu de lui avant, ce n’était pas vraiment ma came je vous l’accorde et pourtant.. 000033 Sur les coups de 19h, alors que le soleil amorce sa disparition, se mettent à résonner les premières notes de Gypsy Woman..  S’enchainent alors «I feel love » de Donna Summer (un de mes morceaux préférés)  ou encore « French Kiss » de Lil Louis, un quart d’heure classics only enivrant qui plonge tout le monde dans un mood euphorique et harmonieux. Je contemple le décor autour de moi, les gens aux premiers plans, tous souriants, la mer derrière et la luminosité qui décline.. Définitivement un des moments les plus mémorables du festival.Cassy

 

C’est au tour de Cassy de rentrer en scène, j’avais pas mal apprécié sa prestation au Panorama Bar en novembre dernier, encore une fois, je n’ai pas été déçu, la voilà qui envoie balles sur balles et c’est par nécessité de me nourrir et de troquer mon maillot pour un jean que je quitte la pool stage.

 

 

000040000044000041Requinqué de ma journée de chill, je suis paré pour le soir que j’attends le plus, Lazare Hoche me tente bien scène « Piazza d’Espanya » mais le line up était beaucoup trop alléchant à « Byblos », scène situé à l’arrière du bateau, cloisonnée de bout en bout par des baies vitrées. C’est Herodot et Suciu qui amorcent en B2B les premières notes et donne le ton pour la nuit qui arrive. Un set roumain sans fioritures, les tracks s’épousent les unes avec les autres et la salle se remplit impassiblement. Désormais échauffé, Cape peut enclencher la seconde et pour moi qui ne l’avait jamais vu, c’est définitivement un des meilleurs sets que j’ai entendu à bord. Ricardo Villalobos fait son apparition avec toute l’excitation que cela suscite. Après tout, on ne sait jamais trop à quoi s’attendre avec lui. Et au célèbre adage  « Ricardo, c’est bien une fois sur deux » , cette nuit là, c’était la bonne. SIT fermera le bal mais je vous avoue ne pas y avoir assisté, rattrapé par la fatigue  (Alors que c’était probablement le set que j’attendais le plus, surtout après leur performance XXL à laquelle j’avais assisté au Sunwaves…).

00018

00009

 

000043On est déjà mardi, dernier jour.. Après un réveil piquant et une petite virée en corse dans l’après midi, je brave la fatigue pour rejoindre la même room que la veille. Dana Ruh me remet tout de suite d’aplomb et allume les premier pétards. Mais c’est Archie Hamilton qui va tout incendier. 3h de set énergique qui me font oublié mes batteries à plat. Je rends les armes avant qu’Apollonia ne commence. Il est 4h et le bateau accoste à 8h. Je regagne ma cabine et me laisse emporté par une dernière mélodie, celle de Morphée.

 

0001500016

 

Modernity EVENTS sur Facebook : https://www.facebook.com/modernityevents/

Tags: , , ,


About the Author

sur instagram @staifan



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑