Events BRET

Published on novembre 13th, 2018 | by Stephane

0

Inside ADE

-REPORT- Après vous avoir mis l’eau à la bouche avec le programme que l’on s’était concocté au début du mois d’octobre, il est temps de revenir sur les trois jours intenses que Delighted a vécu à Amsterdam. Et comme pour les précédents Inside (Sunwaves & MDRNTY CRUISE), on avait encore une fois pas fait le déplacement pour rien…


Cela faisait un moment que notre envoyé spécial en entendait parler, l’ADE (Amsterdam Dance Event). C’est non sans une certaine attente qu’il avait été dépêché sur place. Quelle déception cela aurait été si l’événement n’avait pas été à la hauteur de nos attentes. Rassurez vous, c’était même mieux que prévu !

L’agenda était chargé et l’endurance de nos jambes pourtant rodées par des années de clubbing allait être mise à rude épreuve. Peu importe, on ne s’était pas déplacés pour faire la sieste. Et pour rentrer dans le vif du sujet, on a confié nos oreilles au label local VBX pour notre première sortie.

Le premier lieu à nous ouvrir ses portes en ce vendredi 19 octobre était la Warehouse Elementenstraat. Nous arrivons sur le coup des 3 heures du matin (Ayant atterri à minuit, on a fait au plus vite…). D’entrée, la présence des casiers nous rappelle qu’ici on s’y connait en terme d’organisation. Fini les queues interminables pour récupérer ses effets, une simple clef échangée contre caution vous donne accès à votre casier personnel où vous pouvez laisser vos manteaux, pulls et autres tissus inutiles sur le dancefloor. Il serait sérieusement temps de songer à instaurer ce système en France, cela évitera à tout le monde de s’impatienter dans des états seconds à la fin des soirées tout en épargnant les pauvres employé(e)s de vestiaire qui doivent composer entre ceux (et celles) qui ont perdu(e)s leur tickets, les impatient(e)s impoli(e)s et surtout les personnes incapables de bien se tenir une fois quelques verres ingurgités. À bon entendeur..

000008

Enfin bref, nos affaires abandonnées et en sécurité, on commence notre visite, le lieu est vaste, composé d’un premier sas aménagé en espace de chill avec un coin restauration. Certains fument tranquillement, d’autres se reposent partiellement, des tentatives de séduction s’opèrent ici et là et les sourires s’échangent dans un brouhaha général. Nous débarquons dans la première roomFerro et Reiss alias Spokenn sont à l’œuvre. Les premières notes glissent sur nos tympans et commencent à nous mettre en haleine pour le reste de notre nuit. Ça tombe bien, puisque dans l’autre room Sonja Moonear achève son set pour laisser la place à Ricardo Villalobos qui ouvre d’ailleurs avec un morceau d’un talent méconnu que l’on vous présentait en septembre, Joe Rolét. Le reste de sa prestation va définitivement nous mettre dans le bain, ça tabasse sans être agressif et nous entraine pendant deux bonnes heures. Seth Troxler reprendra et, moins fan, nous quitterons les lieux pour nous rendre à la VBX qui suit, à Bret.

000009

Dyed Soundorom

Autant vous le dire, c’est définitivement cette sauterie qui restera la plus mémorable pour nous.
Imaginez : un grand container rouge de trois niveaux, posé devant une gare, d’une capacité parfaite pour faire la fête, une baie vitrée sur la droite arpentée par de la végétation qui filtre les rayons du soleil transperçant la fumée ambiante. Côté crowd, la sensation de n’être entouré que de gens aux looks détonants, agréables et pas là par hasard. Enfin aux platines, se succéderont dans l’ordre Voigtmann, Max Vaahs, Reiss, Dyed Soundorom et Makcim, autant vous dire que l’on a pas entendu une seule fausse note de la journée.

Reiss Playing

000016

Après cette fête de 17 heures, il était temps de rentrer se coucher avant un nouveau marathon le lendemain.

000027

Si la Drums ouvrait ses portes à 15 h, c’est autour de 19 h que nous nous rendons sur place (histoire de profiter un peu des charmes d’Amsterdam, tout de même). En arrivant, Ion Ludwig est aux platines. Puis la brochette défile : Cap, Priku, Rhadoo. Et surtout la performance live d’Amorf qui vaut sérieusement le détour.

000026

Rhadoo

C’est avec le désir d’alterner la musicalité de notre soirée et surtout l’envie de retrouver Bret que l’on décollera pour 6h du mat.

Enzo Siragusa & Archie Hamilton

Qu’on se l’avoue, on était un peu blasé d’avoir raté la performance du label Fuse qui officiait la même nuit au Warehouse Elementenstraat alors imaginez nos têtes lorsqu’en arrivant à Bret nous sommes tombés sur Enzo Siragusa qui jouait en Back2Back avec Archie Hamilton. Et comme une bonne surprise ne vient jamais seule, c’est Rich Nxt et Rossko qui ont repris derrière et autant vous le dire, ils ont mit un sacré bordel. Malgré des sets fous et une ambiance hallucinante, les jambes flanchent et nous quittons les lieux, non sans regrets, pour midi.

Rossko & Rich Nxt

Après 3 jours de fêtes, nous sommes définitivement convaincus que l’on y retournera l’année prochaine .

Et cette fois on essaiera de faire des photos moins sombres (on mettra ça sur le compte du prix de l’authenticité).

Petit bonus … : Ce bâton de dynamite balancé lundi vers 10h du matin.

 

Tags: , , , , , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑