Electro magnetism

Published on septembre 16th, 2013 | by Florian

0

VA – Magnetism Compilation Vol​.​ 1 (Ukonx)

Voilà deux ans que le label français Ukonx a été fondé, à l’occasion de la sortie du premier album du chef Deemphasis, Mechanical Beats. Exclusivement consacré à l’Electro au sens strict du terme (Breakbeat), il dispose d’une orientation dark et futuriste, influencé par l’imaginaire, la science-fiction, la robotique…

Entité focalisée sur la qualité, seules six sorties ont vu le jour avant cette compilation. Certaines d’entre elles ont été playlistées par Dave Clarke et Laurent Garnier, et bien sûr par de nombreux DJs plus underground comme Chris Spotta ou DVS NME. Côté influences, Stéphane Bastien aka Deemphasis met en avant les noms suivants : Anthony Rother, Juan Atkins/Model 500, Aux 88, Kraftwerk, Dopplereffekt, Underground Resistance (Mike Banks, Jeff Mills, Robert Hood et Darwin Hall)… de bons vieux de la belle vieille, électroniquement parlant.

Cette compil’ affiche des artistes reconnus dans le monde de l’Electro comme Franck Kartell et Fleck ESC, mais aussi des guests comme Offset de Correspondant Records (Jennifer Cardini). Coming From The Future de MetaComplex m’a rappelé que j’ai été un gamer autrefois, je pense avant tout aux FPS GoldenEye et Perfect Dark. Suis-je le seul ? Je vois en Infected et Dissonanz des musiques d’ascenseur d’hôtels chimériques à une époque où l’être humain n’aura plus envie de faire du mal… Ou quand le dark rencontre le soft. Étant un admirateur d’Extrawelt, je me permets de rapprocher leur ambiance noire et romancée à celle de plusieurs morceaux tels que les accrocheurs Hadopelagial et Residual Data. Signée par l’hôte, Residual Data s’apparente à de l’easy-listening-underground-techno-electro, autrement dit un bon petit son pour les amateurs, qui s’écoute aussi bien sous la douche qu’entouré de pigeons. Enfin, je finis avec une logique yin yang et la première track, Distant Soul du jeune talent Pi-xl, aux airs d’un Mike Oldfield piqué par les ténèbres. Délectable.

À travers cette release, on nous fait part de beaucoup d’harmonie mais aussi de productions bizarres et surprenantes (Cpt. Redman), l’ensemble tentant de nous ouvrir un peu plus à un style que l’on évoque peu chez Delighted. Alors bien joué Ukonx, voilà un premier volume d’Electro véritable qui enchante l’esprit et asservit le mental. On n’en demande pas plus.

Écoute fainéante :

Écoute intégrale :

Tags: ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑