Electro Paramétex

Published on juin 12th, 2017 | by Charles

0

Qui a démoli la voiture de Pam?

– THROWBACK TUESDAY – 1998, Pametex sort son premier disque sur un label légendaire, Clone. Un EP electro peu connu que Delighted a envie de faire connaitre.

Qui est Pametex?

Son vrai nom c’est Pim Koppers, un néerlandais de La Haye. Baigné de musique à la maison comme dans les cours de récré, sa culture est dans un premier temps résolument hip-hop. C’est à 16 ans que le déclic techno lui vint, en écoutant Stasis / Nuron ‎– Likemind 01 qui lui retourne le cerveau. Il s’intéressa au même moment à la production et fit l’acquisition de ses premières machines, dénichées sur les marchés aux puces du quartier.

Statis – Likemind

D’abord un remix

Les choses se sont accélérées lorsqu’il rencontra I-F, une légende de l’electro haguenaise, dont Pim fréquentait le shop. Pendant que lui sélectionnait des vinyles parmi les rayons, I-F s’enfermait dans la pièce au fond et produisait. Il produisait de l’acid. Un jour, I-F l’appela pour l’aider à résoudre un pépin. Pim ne lui fut d’aucun secours technique, mais ils devinrent deux bons amis. Peu de temps après, I-F proposa à Pim de remixer certaines de ses tracks, et finalement sortit en 1996 cet EP non-titré de I-F Versus That Nigger, premier alias de Pim.

I-F Versus That Nigger – Suck The Box 

Puis un EP

Deux ans plus tard, Pim Koppers a muri ses goûts au fil de ses influences, et sort Car Demolition sur Clone Records, le mythique label de techno et d’electro hollandais. L’EP sera réédité sur son propre label, Pamétex, comme son nouvel alias.

Sur cet EP, les morceaux sont réduis à un minimalisme totalitaire. Deux ou trois machines seulement auraient été utilisées (une TR-808, un synthé Nord Lead 1, un séquenceur Alesis MMT-8 et quelques effets basics). Comme souvent avec les tracks très minimalistes, ce qui captive c’est l’utilisation du silence. La ligne de basse prend une place folle tant elle est parfois solitaire. C’est incroyable comme autant de groove peut sortir de si peu de sons.

Particulièrement, le morceau Heidelberg sonne bon la région des Grands Lacs d’Amérique du Nord. L’influence de Drexciya y est très perceptible, tant dans les rythmes acérés que dans les notes de synthés qui font tout à fait penser aux mélodies sous-marines du duo américain.

Pamétex – Confectionmen 

Pamétex – Wrak/Plet 

Pamétex – Slick Brown Gloves 

Pamétex – Lucifer 

Pamétex – Heidelberg

 


About the Author

Der Anwalt der Nacht



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑