Electro Capture d’écran 2018-03-23 à 12.12.49

Published on mars 23rd, 2018 | by Mehdi

0

OK Lou, entre poésie et introspection musicale

– CHRONIQUE – Il y a trois mois sortait le romantico-angoissant For The Beasts (Permalink), mené par les mains agiles de jeunes lauréats de la Red Bull Music Academy 2016. On y découvrait – pour certains – Casey MQ, mais aussi OK LOU, figure de proue d’une certaine scène électronique post-internet. Cette semaine, du côté des anglais NUXXE, sort un nouvel EP The Rite Of May, où l’on aime à se perdre entre les voix qui court dans sa tête et ses souvenirs. Chronique d’une sortie des plus poétiques.


Un voyage en enfance

On prend notre temps. On y est obligé. C’est un EP sur le temps long, des réminiscences, mais aussi quelques souvenirs plus clairs. Lou nous emmène pendant un peu plus de 30 minutes sur les traces de son enfance.

Valley, le morceau qui ouvre, c’est le regard qu’on jette à travers la fenêtre de la voiture, il est vague, ne s’attache qu’à peu de détails mais semble y trouver un plaisir. Seul le léger bruit blanc semble nous indiquer où nous nous trouvons, près d’elle ou juste en face, et là apparaissent, auto-tunées, les pensées de l’artiste. Une autre s’y mêle, plus claire et c’est Ok Lou qui parle à Lou. Car c’est un peu ça l’EP, on navigue à vue, avec elle, dans chaque partie de l’opus, elle nous tend une main, on ferme les yeux.

Un grand ballet pop

Et du temps, il en faut, on ne s’attend jamais à la fin de chaque morceau, c’est un échange que Lou choisit de mener avec patience. Samuel, ode ambient – R’n’B, nous enlace puis s’enflamme quand Friendless préfèrera de grandes envolées grandioses sur tout le long. C’est un grand ballet pop où se mêlent influence hip hop actuelle et pop 00’s, souvenir d’une enfance colorée. Les souvenirs viennent aussi par une dissimulation très fine de petits samples (Valley 2), qui ne sont en fait que des indices, des clins d’oeil pour ne pas se perdre dans ce corpus dense. On peut se rappeler les morceaux de journaux dans les très abstraites peintures cubistes de Picasso, sorte de rappel à la figuration / réalité qui nous permettait de ne jamais vraiment se perdre.

Un visuel soigné

Mais que serait tout ceci sans le vécu ? Le vécu, on l’a, car quand on quitte l’écoute, il nous reste la pochette. Car chez NUXXE, label anglais nés des trois producteurs/vocalistes Coucou Chloé, Sega Bodega et Shygirl, on a compris très vite que le visuel avait une part très importante. Faisant d’habitude appel à des graphistes, l’EP ne s’habille que d’une délicate photo, prise par Lou elle même dans une pièce de la maison de ses grand parents. Le vécu, c’est cette image qu’on connait tous, qu’on a tous vu chez un aïeul, chez notre grand oncle, c’est le dernier clin d’oeil (ou le premier) que Ok Lou fait à Lou, à nous.

Enfin côté studio, la jeune française s’est entourée de pointures de la musique électronique actuelle comme Bok Bok ou Rodhaid McDonald comme de la jeune garde nourrie à internet et aux années 00 comme Sega Bodega ou encore Krampf. Au mixage, Alf (Air et Phoenix), Krampf – encore – et Antoine Chabert au mastering (PNL, Daft Punk).

Et si vous n’êtes pas encore convaincus, filez écouter ses vidéos youtube très très DIY où Lou se met en scène au piano comme à la voix.

On se chope vite l’EP ici : BANDCAMP et on l’écoute là : SOUNDCLOUD !!!

 

Tags:


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑