Compilation Bh_mlYVIIAAxiIO

Published on décembre 16th, 2014 | by Piotr

0

Le best of de la rédac – Piotr

Le best of, c’est le début des emmerdes. Faire ressortir sur une année une seule jaquette vinyle, un album, ou une soirée… c’est même carrément stupide. Un format type « package Noël » bien apprécié sur l’Internet. Et pourtant, ça vaut le coup. Ça oblige à faire le tri dans les souvenirs, dans l’amas de sons qui sortent chaque jours et dont, pour la plupart, on n’entendra plus parler – ou jouer, devrait-on dire- dans un an. Alors on se prête au jeu. Le best of n’est pas une hiérarchie. Il ne dit pas : « cet EP ou cet artiste est mieux qu’un autre ». il est seulement un petit cri du cœur, et une réponse à la question toute bête : si tu devais en retenir qu’un, tu choisirais lequel ? En techno, par les temps qui courent, c’est un choix d’enfants gâtés…

 – Meilleur EP 2014 : Roman Poncet – Opening Moment (Deeply Rooted)

« Dans dix ans je veux qu’on puisse toujours jouer mes vinyles », m’avouait Roman Poncet dans une belle interview au mois d’avril dernier. C’était la veille de sa première date au Berghain. Le jeune Français est un prodige, et sans rappeler les autres alias sous lesquels il joue, on peut parier que son projet techno a de beaux jours devant lui. Les quatre tracks qu’il signe chez l’un des plus nobles labels français, Deeply Rooted, sont autant de morceaux fracassants usés chaque weekend sur les dancefloors du monde entier. La critique de l’EP est à relire ici. Le reste, il faut l’entendre.

– Meilleur LP 2014 : Recondite – Hinterland (Ghostly International)

En vérité, Hinterland est sorti à la toute fin de l’année 2013. Mais il faut des mois pour ressortir d’un aussi bel univers. Recondite, puise dans ses racines bavaroises pour raconter l’histoire de ces forêts morgues et brumeuses du sud de l’Allemagne. C’est un album qui ressemble à un gros manteau qu’on enfile en plein hiver. A ses guides touristiques, la Bavière devrait ajouter Lorenz Brunner (aka Recondite). Souvent en voyage, installé à Berlin, mais attaché à son paysage natal, auquel il a dédié dix morceaux féériques.

-Meilleur label 2014 : Ilian Tape (Munich)

header

On reste en Bavière, et on met les pieds dans sa capitale, Munich. A trop regarder vers Berlin, on oublie que d’autres villes allemandes (Hambourg, Leipzig, Frankfurt) ont apporté au mouvement techno. La traditionnelle Munich, la réac’, possède pourtant une culture club formidable : Harry Klein, Rote Sonne, Bob Beaman, Kong… Et un très beau label, Ilian Tape, fondé par les frères Zenker en 2007. Ilian Tape surprend par sa techno grasse, compacte, qui fait parfois fi du rythme dansant pour apporter aux basses une puissance qu’on ne retrouve pas ailleurs. Dario et Marco ont fait signer des artistes comme Jonas Kopp, Stenny, Andrea ou Regen. Trop méconnus mais tellement talentueux. Lors du passage d’Ilian Tape à Paris, passez les voir. La Concrete en avait fait une superbe nuit cet été, et il n’est pas rare de voir un Zenker aux commandes d’un club plus modeste à Paris (Malibu, Java, Bellevilloise).

– Meilleure révélation 2014 : I/Y

Le duo berlinois formé par Irakli et Yakoub nous avait fait passer une nuit sonore superbe dans un garage art déco. Ils organisent des soirées de qualité à Berlin, et vous n’aurez pas de mal à les retrouver au Berghain, devant les platines ou même derrière. C’est dans l’antre de Friedrichshain qu’ils ont trouvé l’inspiration vers une techno sombre mais ô combien dansante. On attend de les voir plus souvent en France et à Paris. Ça viendra, le jour où les bookers auront décidé de renouveler un peu leurs programmations. En attendant voici une de leur chronique à relire : une belle série lancée sur leur label… I/Y.

2014-©Gilles Reboisson-7532

– Meilleure soirée 2014 : Le Manoir de Keroual (Astropolis)

On en passe des nuits à danser, alors en garder une en tête… voilà un exercice bien difficile. Et pourtant, la brume des bois du bout du monde revient vite à la mémoire. Après une journée de pluie, le crachin avait décidé de laisser Astropolis fêter ses vingt ans au sec. Une nuit d’anthologie au Manoir, rassemblée dans les souvenirs à lire ici.

« Astropolis, c’est la dernière rave en France », rappelle Manu le Malin, à qui je dois des souvenirs indélébiles sous le chapiteau de la scène Mekanik.

10537180_10153022614846982_2492019910224836460_n

Tags: , , , , , , ,


About the Author

"ich bin meine Maschine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑